Sélectionner une page

La Fin des étiages | Rivages T.2

Par Gauthier Guillemin

En librairie dès le premier juillet

La Fin des étiages est la suite de Rivages. Le récit nous emmène encore plus profondément dans le Dômaine et nous fait découvrir la capitale des Nardenyllais. Là, commence à réapparaître une technologie qu’il aurait sans doute mieux valu laisser dans l’oubli.

Le Livre de M

Par Peng Shepherd

En librairie à partir du 17 juin.

 

Que seriez-vous prêt à sacrifier pour vous souvenir ?

Situé dans une Amérique tombée de son piédestal, où nul n’échappe au danger, Le Livre de M raconte l’incroyable destin de gens ordinaires victimes d’une catastrophe mondiale extraordinaire.

Le Magicien quantique

Par Derek Künsken
En librairie dès le 26 février 2020

 

Belisarius Arjona est un homme quantique. Toujours sur le fil, de par sa nature-même, il a trouvé un équilibre précaire en tant qu’escroc. Et quand un client lui offre une immense richesse pour déplacer une flotte de vaisseaux de guerre à travers un trou de ver ennemi, Belisarius accepte la mission et se met en quête d’une équipe hors du commun.

Un océan de rouille

Par C. Robert Cargill
En librairie le 2 janvier 2020

Quinze ans après l’assassinat du dernier humain, les Intelligence-Mondes et leurs armées de facettes se livrent un combat sans merci pour la domination totale de la planète.

« Un océan de rouille n’est pas un roman, c’est un missile de croisière de quarante mégatonnes – il vous éblouira et vous brûlera jusqu’au cœur. C’est l’œuvre de science-fiction la plus viscérale, implacable et époustouflante depuis Mad Max : Fury Road. » Joe Hill

 

« Quitter les Monts d’Automne joue en permanence sur les frontières entre fantasy et science-fiction, et c’est à mon avis très réussi. Le worldbuilding est superbe, surtout dans sa partie planet-opera, et Kaori est un personnage plus torturé qu’on l’imagine de prime abord, ce que l’on découvre au cours des révélations, alors que s’ouvrent les sombres allées de la mémoire. »

« Quitter les Monts d’Automne joue en permanence sur les frontières entre fantasy et science-fiction, et c’est à mon avis très réussi. Le worldbuilding est superbe, surtout dans sa partie planet-opera, et Kaori est un personnage plus torturé qu’on l’imagine de prime abord, ce que l’on découvre au cours des révélations, alors que s’ouvrent les sombres allées de la mémoire. »

Première critique de Quitter les monts d’Automne d’Émilie Querbalec sur l’Épaule d’Orion.