Sélectionner une page
On pourrait considérer considérer ce roman sans saveur, tant il se contente d’apporter au lecteur ce qu’il attend, de le placer en terrain connu (un comble quand on crée un univers de toutes pièces !), mais on est au contraire ravi de constater combien Flannery assume ce côté grand public, et s’acquitte de sa tâche avec une énergie remarquable.

On pourrait considérer considérer ce roman sans saveur, tant il se contente d’apporter au lecteur ce qu’il attend, de le placer en terrain connu (un comble quand on crée un univers de toutes pièces !), mais on est au contraire ravi de constater combien Flannery assume ce côté grand public, et s’acquitte de sa tâche avec une énergie remarquable.

// Le tome 1 de Mage de bataille de Peter A. Flannery critiqué par Bruno Para dans le n°93 de la revue Bifrost, un numéro spécial Peter Watts, auteur de l’ébouriffant Vision aveugle.
La deuxième partie de Mage de bataille confirme en un peu plus de 550 pages les impressions laissées par le premier tome.  S’il n’est ici nulle question d’un ouvrage allant révolutionner la fantasy ou renouveler le genre, Peter A. Flannery parvient toutefois, en utilisant des ingrédients connus et en suivant une recette maintes fois lue, à donner une saveur bienvenue et fort appétissante à son œuvre. Mage de bataille se dévore en effet rapidement, avec un plaisir peut-être coupable mais certain…

La deuxième partie de Mage de bataille confirme en un peu plus de 550 pages les impressions laissées par le premier tome. S’il n’est ici nulle question d’un ouvrage allant révolutionner la fantasy ou renouveler le genre, Peter A. Flannery parvient toutefois, en utilisant des ingrédients connus et en suivant une recette maintes fois lue, à donner une saveur bienvenue et fort appétissante à son œuvre. Mage de bataille se dévore en effet rapidement, avec un plaisir peut-être coupable mais certain…

// Le tome 2 de Mage de bataille de Peter A. Flannery critiqué sur le site de référence Elbakin. //
Anatèm, de Neal Stephenson est un diptyque exigeant (mais non dénué d’humour) où le talent de créateur de Stephenson ne fait que se confirmer, s’il en avait besoin. Allant dans la « fantasy » et délaissant ses territoires habituels de SF, découvrez la planète Arbre et ses enjeux. Le début pose l’univers et demandera une certaine concentration mais quand les choses se mettent en branle….

Anatèm, de Neal Stephenson est un diptyque exigeant (mais non dénué d’humour) où le talent de créateur de Stephenson ne fait que se confirmer, s’il en avait besoin. Allant dans la « fantasy » et délaissant ses territoires habituels de SF, découvrez la planète Arbre et ses enjeux. Le début pose l’univers et demandera une certaine concentration mais quand les choses se mettent en branle….

// Le lancement d’Albin Michel Imaginaire sur Rôliste TV – c’était en octobre et nous vous proposons maintenant le replay. //