Sélectionner une page
Un truc que je voulais faire avec «La cité de l’orque» était de montrer que nous ne pouvons pas traiter le changement climatique sans traiter aussi le racisme, le patriarcat, l’immigration.

Un truc que je voulais faire avec «La cité de l’orque» était de montrer que nous ne pouvons pas traiter le changement climatique sans traiter aussi le racisme, le patriarcat, l’immigration.

// Critique de La Cité de l’orque et interview de Sam J. Miller “nouvelle star de la science-fiction” dans l’édition du 18 mai du quotidien belge Le Soir. Le tout est à mettre au crédit de Jean-Claude Vantroyen, un homme de goût, assurément....
Tom Sweterlitsch donne une tonalité très sombre à son récit, avec des descriptions de corps et des scènes d’action souvent marquées par le macabre et le sanglant, mais il montre également un souci du détail assez marqué dans la construction de ces personnages, principaux comme secondaires, ainsi que dans la progression de l’enquête, qui avance à mesure que Shannon Moss explore les futurs alternatifs et relie des faits et des personnages a priori non liés entre eux.

Tom Sweterlitsch donne une tonalité très sombre à son récit, avec des descriptions de corps et des scènes d’action souvent marquées par le macabre et le sanglant, mais il montre également un souci du détail assez marqué dans la construction de ces personnages, principaux comme secondaires, ainsi que dans la progression de l’enquête, qui avance à mesure que Shannon Moss explore les futurs alternatifs et relie des faits et des personnages a priori non liés entre eux.

// Terminus de Tom Sweterlitsch passe sous le scalpel littéraire des Chroniques du chroniqueur. //