Sélectionner une page

//

Le mois de mai a pris fin il y a quelques jours et les chiffres des ventes numérique du mois d’avril sont consolidées. L’occasion est trop belle pour faire un petit bilan et donner des nouvelles d’Albin Michel Imaginaire (vous pouvez considérer ce post comme notre newsletter de juin).

En librairie, sans surprise Les Maîtres enlumineurs de Robert Jackson Bennett mènent la danse très loin devant les autres parutions. On a réimprimé une fois, on devrait logiquement réimprimer une seconde fois avant l’été (nous avons des couvertures d’avance, signe que la maison Albin Michel y a cru dès le début). Si le premier tome d’Anatèm de Neal Stephenson est toujours la meilleure vente d’Albin Michel Imaginaire (au cumul papier + numérique), ça devrait changer dans les semaines qui viennent. On espère que Robert Jackson Bennett pourra venir en France cet automne comme nous l’avons prévu.

Toujours en mai, effet nouveauté, c’est Demain et le jour d’après de Tom Sweterlitsch qui occupe la seconde place du podium des réassorts, suivi par le premier tome de Gnomon de Nick Harkaway qui continue son petit bonhomme de chemin, à son rythme. Malgré une réception critique exceptionnelle, me semble-t-il, Emissaires des morts déçoit et enchaîne les semaines en négatif (plus de retours que de réassorts), espérons que la sortie de La Troisième griffe de Dieu, le second tome des aventures d’Andrea Cort, va permettre d’inverser la tendance et d’installer cette très chouette série de space opera. Sinon, ce titre s’ajoutera à la longue liste des injustices en matière de publication SF.

En numérique, le mois d’avril a été exceptionnel, le meilleur me semble-t-il que nous ayons jamais fait. Il faut dire que les ventes des Maîtres enlumineurs en numérique sont assez remarquables. Suivent Émissaires des morts et l’indéboulonnable Un océan de rouille de C. Robert Cargill.

Niveau média, j’ai enregistré Mauvais Genres dans les locaux d’Albin Michel avec évidemment François Angelier, Jean-Luc Rivera et Alexis Brocas dont j’ai fait la connaissance. Chacun d’eux avait son coup de coeur, Bennett pour Angelier, Adam-Troy Castro pour Rivera, Gnomon pour Brocas. Une fois l’émission finie, j’ai l’impression d’avoir dit un nombre hallucinant d’âneries, non sans remarquer des passerelles entre Gnomon, Émissaires des morts et Les Maîtres enlumineurs : capitalisme, GAFA, servitude contemporaine, passerelles que je n’avais pas forcément repérées tout seul. Le réalisateur de l’émission m’a demandé qu’elle était la conclusion du débat, est-ce que la science-fiction ne regarde plus autant l’espace qu’elle l’a fait durant les années cinquante et soixante ? Oui, sans aucun doute, le genre a compris qu’il n’y avait pas de planète B et vit une violent retour sur Terre. Le présent reste son matériau de prédilection. Et par voie de conséquence les changements climatiques, beaucoup plus que la conquête spatiale qui s’est largement dégonflée. Diffusion le 12 juin, si j’ai bien compris.

Niveau achats, rien de très excitant à annoncer du côté littérature étrangère. J’ai fait un certain nombre d’offres sur un certain nombre de livres que j’aurais aimé publier, mais tout est monté très vite très haut et j’ai préféré jouer la carte de la prudence et attendre que tout ça se calme un peu ; c’est pas comme si le marché était en pleine croissance à deux chiffres. Quitte à prendre des risques, je préfère les prendre sur les auteurs de langue française, c’est quand même plus gratifiant. Il y en a tellement qui sont passionnants. Je vous reparlerai d’ici peu de Léafar Izen et de Marguerite Imbert, qui ont l’écologie en commun, même si ce n’est pas du tout la même.

Sinon, j’ai créé un compte Instagram, sans doute parce que je trouvais que je manquais de travail, de manuscrits à lire, de traductions à annoter… N’hésitez pas à vous y abonner.

GD

 

0 Partages
Recevez notre newsletter

L'adresse email demandée sur ce formulaire est obligatoire afin de vous envoyer notre newsletter par email. Elle est collectée et destinée aux Editions Albin Michel. Conformément à la Loi Informatique et Libertés du 06/01/1978 modifiée et au Règlement (UE) 2016/679, vous disposez notamment d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux informations qui vous concernent.

Vous pouvez exercer ces droits en nous contactant par le formulaire de contact, ou par courrier Editions Albin Michel - Département Albin Michel Imaginaire, 22 rue Huyghens – 75014 Paris.

Pour plus d’information, consultez notre politique de protection de vos données personnelles.

 
Protection de vos données
0 Partages
Partagez
Tweetez