Sélectionner une page
(Jour-J) “Je me souviens surtout de cette scène où Conan et Subotaï galopent au travers de la steppe, plantés dans leurs pagnes, avec la musique de Poledouris soufflant dans leur dos. Ce vertige du passage du temps, sur une terre éternelle où l’homme est toujours contingent, c’est le genre de sentiment que j’ai cherché à susciter dans mon roman.” Une interview de Franck Ferric pour Le Chant mortel du soleil..

(Jour-J) “Je me souviens surtout de cette scène où Conan et Subotaï galopent au travers de la steppe, plantés dans leurs pagnes, avec la musique de Poledouris soufflant dans leur dos. Ce vertige du passage du temps, sur une terre éternelle où l’homme est toujours contingent, c’est le genre de sentiment que j’ai cherché à susciter dans mon roman.” Une interview de Franck Ferric pour Le Chant mortel du soleil..

//AMI : Franck Ferric, le grand public ne vous connaît pas, pouvez-vous vous présenter ? Votre parcours personnel et votre parcours en tant qu’auteur.Franck Ferric : Je me nomme Franck Ferric et j’ai 40 ans. Je vis dans le Centre de la France, où après des...