Sélectionner une page

//

Les ventes (papier) étant négligeables depuis le début du confinement, je me suis penché sur les chiffres de ventes en numérique.

Seuls les chiffres de mars sont connus (on n’aura pas ceux d’avril, consolidés, avant fin mai), mais ces chiffres donnent déjà une petite idée des tendances.

Arrive en premier, avec une grande longueur d’avance : Un océan de rouille de C. Robert Cargill, comme si une Terre sans Humanité faisait envie en période de pandémie.

En second : Le Magicien quantique de Derek Künsken, c’est le dernier titre paru avant la trêve de la fièvre, et cela semble logique. D’autant plus qu’une partie non négligeable de sa médiatisation a eu lieu fin mars, courant avril.

Arrivent en troisième et quatrième postions, Mage de bataille T2 et Mage de bataille T1, dans cet ordre, plus beaux succès d’Albin Michel Imaginaire en numérique en ventes cumulées. Ils semblent, vues les quantités dont il est question, indéboulonnables ou presque.

A bien y réfléchir, voilà quatre titres qui ont quelque chose en commun : l’action, le rythme, l’aventure. Face à un monde un tantinet figé, les lecteurs privilégieraient-ils des lectures cinétiques ? On verra le mois prochain, si cette tendance se confirme.

GD

16 Partages
Partagez16
Tweetez