Sélectionner une page

Les chiffres de vente numériques de décembre 2021 étant consolidés et les chiffres de ventes en librairie de janvier étant connus, c’est l’occasion de faire un petit bilan.

En librairie, janvier a été un mois contrasté (c’est peu de le dire !). D’un côté une très belle mise en place (nettement supérieure à celle des Maîtres enlumineurs de Robert Jackson Bennett, quand même), de bons réassorts pour Les Temps ultramodernes de Laurent Genefort. Et de l’autre, beaucoup de retours (il me semble que nous avons battu notre record sur un mois) y compris sur la série des Maîtres enlumineurs qui pourtant continue de bien tourner. On sent qu’Omicron, le passe vaccinal, tout la chape sanitaire plombe un tantinet l’ambiance ; tout le monde en a marre et aimerait bien que l’arrivée du printemps s’accompagne d’une décrue virale définitive. Si la somme des mises en place et des réassorts reste supérieure aux retours, il faudrait quand même que ça se calme rapido. Et même si on met de coté notre ami covid, on se doutait bien qu’avec les élections présidentielles, le début 2022 allait être compliqué. Et pour le moment on n’est pas déçu !

Les meilleurs réassorts du mois (retours déduits) sont dans l’ordre Les Temps ultramodernes, Afterland de Lauren Beukes (sur seulement quatre jours de ventes) et Les Maîtres enlumineurs.

Côté numérique, décembre a été dans les meilleurs mois de l’année 2020 en terme de CA. Si mes calculs sont bons, le CA numérique a augmenté de 48% entre 2020 et 2021. Les meilleurs ventes sont dans l’ordre : Les Maîtres enlumineurs, Terminus de Tom Sweterlitsch qui a bénéficié d’un indéniable coup de pouce de la Méthode scientifique, sur France Culture, et Le Retour du hiérophante. Pour les gratuits, pas de surprise c’est L’Abrégé de cavorologie d’Hippolyte Corégone qui remporte les palmes académiques.

Niveau réception critique, Les Temps ultramodernes bénéficient d’une presse remarquable (et hétéroclite) : Le Monde, France Culture, Radio Libertaire, etc. C’est nettement plus compliqué pour Afterland de Lauren Beukes, dont visiblement le ton caustique désarçonne pas mal de lectrices et de lecteurs.

Niveau achat de droits, nous avons enfin bouclé notre plus vieille négociation en cours qui avait dans les six ou sept mois. On vous en reparle très vite, d’autant plus que c’est un grand retour chez Albin Michel Imaginaire. Le programme de 2022 a l’air de se mettre en place quasiment définitivement avec six titres au premier semestre et trois au second semestre, d’ailleurs tous signés par des autrices et tous relevant de la science-fiction : premier contact, post-apo écologique, renouveau cyberpunk.

Niveau salons, Estelle Faye continue son tour de France en TGV (en fait, je la soupçonne de ne jamais arrêter), vous pourrez la rencontrer au festival Yggdrasil à Lyon les 12 et 13 février, à la Fnac Montparnasse le 19 février.

Gilles Dumay, directeur d’Albin Michel Imaginaire

 

0 Partages
Recevez notre newsletter

L'adresse email demandée sur ce formulaire est obligatoire afin de vous envoyer notre newsletter par email. Elle est collectée et destinée aux Editions Albin Michel. Conformément à la Loi Informatique et Libertés du 06/01/1978 modifiée et au Règlement (UE) 2016/679, vous disposez notamment d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux informations qui vous concernent.

Vous pouvez exercer ces droits en nous contactant par le formulaire de contact, ou par courrier Editions Albin Michel - Département Albin Michel Imaginaire, 22 rue Huyghens – 75014 Paris.

Pour plus d’information, consultez notre politique de protection de vos données personnelles.

 
Protection de vos données
0 Partages
Partagez
Tweetez